img Fermer la fenêtre close

Pourquoi les sauteurs en hauteur sont-ils grands ?

 

Pour laisser votre avis sur cet article :
Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/162/sdb/8/6/jump.and.feel/commentaires/config/fonctions.lib.php on line 48
[] com

Les jockeys sont minuscules et les basketteurs immenses. Personne ne semble s'offusquer de ce constat anatomique. Presque logiquement, le physique des sauteurs en hauteur est beaucoup plus proche de celui des basketteurs. Personne ne trouve ça bizarre. Et pourtant ! « Tous les sauteurs en hauteur ne sont pas des géants, s'amuse Jean-Patrick Thirion, responsable de la hauteur à la FFA. Il y a bien un Suisse qui mesure 2,04 m mais, d'une manière générale, la taille idéale se situe entre 1,94 et 1,96m. Le Cubain Javier Sotomayor mesure d'ailleurs 1,96m.» Si les adeptes de la hauteur ont de plus en plus tendance à flirter avec le double mètre, il y a bien une raison. Une raison physique, au sens scientifique du terme. «Plus les sauteurs sont grands, plus ils partent de haut, ajoute simplement Jean-Patrick Thirion. Plus le centre de gravité d'un athlète est élevé, plus ce dernier s'approchera de la barre avec facilité.» Cela dit, un grand échalas qui ne sait pas courir vite, ni coordonner ses mouvements ne sera pas plus performant qu'un athlète «normal » de 1,82 m doté d'une bonne pointe de vitesse et d'une détente efficace. «Frank Verzy, par exemple, était d'un excellent rapport taille-performance, se souvient Jean-Patrick Thirion. En 1983, à la Coupe d'Europe de Londres, il avait passé 2,32 m alors qu'il mesurait aux alentours de 1,84 m.» En réalité, tout a changé à partir des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, quand la technique aérienne de ce bon vieux Dick Fosbury a été adoptée de façon unanime par les sauteurs de l'Est, de l'Ouest et du reste du monde. «En ventral, un athlète de taille moyenne mais bien proportionné pouvait se débrouiller, note Jean-Patrick Thirion. En Fosbury, la taille a davantage d'importance.» Mais ce qui est vrai pour les hommes l'est encore davantage pour les femmes. «Désormais, celles qui mesurent moins de 1,80m n'en mènent pas large», constate encore Thirion. Cela dit, pouvoir caresser les nuages ne sert à rien si l'on ne possède pas d'excellentes qualités de pied. Toiser la barre n'est pas l'apanage des géants même si les apparences sont souvent trompeuses.

PAUL MIQUEL     

 


© Design et textes : Julien Le Cornec - Les vidéos, articles et photos restent la propriété de leurs auteurs respectifs (mentionnés tant que cela est possible). Un fichier vous appartient, contactez-moi.

Valid CSS! Valid XHTML 1.0!